Une Note en Défense de Freya

| May 22, 2011 | 0 Comments
Une Note en Défense de Freya
Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/11/d41933035/htdocs/francophonie/wp-content/plugins/q-and-a/inc/functions.php on line 252

Par Eowyn OR

Publié pour la première fois dans l’ORB N° 210 – Automne 2258

Dans toute la littérature concernant le rôle de Freya dans notre mythologie, il y a deux assertions communes – et à mon avis odieuses – faites à propos de cette déesse qui est certainement la déesse la plus sacrée de notre panthéon. Ces deux assertions reflètent profondément l’omniprésence de l’empoisonnement de l’âme du Folk par la Foi du Désert et ce malgré les protestations du contraire. La première tourne autour du mythe du collier de Freya:Brisingamen. Un magnifique collier forgé par les quatre nains des éléments et des directions. Afin de l’obtenir, Freya dut « coucher » une nuit avec chacun des nains. Nous savons que Freya est la gardienne des innocents à l’aube du temps et la personnification de l’intelligence qui influence et remplit le système solaire, dont nous sommes une partie intégrante. Le mot «Brisingamen » symbolise l’intelligence spirituelle de l’humanité (brising: le feu, le feu de l’illumination et men: bijou). Elles est également chamane, expérimentée dans les arts de la divination, de la prophétie, de la projection astrale; ces dons populairement connus sous le nom de Seidr et qu’elle a enseignés à Odin. De tels dons requièrent une connaissance intime des quatre éléments car ils imprègnent et se manifestent dans les différents mondes. Dans la mythologie et dans le chamanisme, le sommeil est souvent utilisé en tant que métaphore décrivant un état altéré de conscience, qui, s’il est utilisé habilement, donne accès à des états de conscience plus profonds. En effet, les chamanes envisagent le sommeil et les rêves comme étant aussi « réels » que notre conscience de tous les jours. Certes, les méthodes utilisées seraient familières à Freya. Ainsi, elle ne « couche » pas littéralement avec les nains. Les nains sont plutôt les personnifications des énergies élémentaires – de la terre, de l’air, du feu et de l’eau – gouvernant tous les cycles et les saisons, des rythmes biologiques subtiles aux grand cycles du temps. Freya en est venue à les comprendre intimement à travers des pratiques requérant des états altérés de conscience permettant l’accès à la connaissance.

Malheureusement, Loki (symbolisant l’illusion et l’égoïsme), vol Brisingamen à Freya. Dans un récit, Heimdal traque Loki et récupère le bijou pour Freya. Il symbolise la faculté méditative, qui surmonte l’illusion et perçoit toute la structure composant l’alchimie des quatre éléments. En un sens, sa récupération de Brisingamen fait écho à Freya qui “dort” avec les nains: elle remporte les bijoux, mais elle les perd à nouveau. Nous comprenons donc que le chemin vers l’illumination est un processus continu d’autocritique. Les dieux eux-mêmes n’en sont pas exemptés car eux aussi évoluent au sein du Wyrd dans une lutte perpétuelle. Les Dieux, tout comme les hommes doivent faire face à l’illusion qui les frappent. Dans un deuxième récit, Loki donne Brisingamen à Odin, qui ne le rendra à Freya seulement à la condition qu’elle provoque une guerre éternelle entre deux rois terrestres (qui symbolisent la bataille entre les besoins terrestres et les idéaux). Car la tension entre les opposés est la fondation de l’existence sans laquelle il n’y aurait pas de vie. C’est un principe éternel qui est aujourd’hui tellement submergé par des préoccupations illusoires, qu’il est parfois presque invisible. Les gens sont égarés par les ruses de Loki. Le mythe montre également la progression à travers les éléments vers l’illumination, la nécessité de rétablir et de maintenir l’équilibre et la façon dont la cupidité peut empêcher la jouissance de ses progrès. L’amour tourné vers la divinité lie, nourrit et établit un équilibre entre les besoins terrestres et les idéaux avec les plus hauts niveaux d’intégrité. La méditation et la contemplation tempèrent, combinent et harmonisent les éléments psychiques et matériels en un ordre supérieur. Il y a un fragment de la Saga de la Guerre d’Hiver qui reflète un thème similaire. Dans le Royaume Béni, Heimdal courtise et gagne le coeur d’une belle dame appelée Alf-Hilda, une brillante Dise du Soleil. Toutefois, comme le temps passe et que la glace commence à avancer, elle devient impliquée dans les troubles de la Guerre d’Hiver et elle s’enfuit dans un lieu secret. Son départ est cruellement ressenti par les habitants de la Terre. Ils demandent donc de l’aide à Heimdal qui répond en la sauvant de deux dragons : “Froid Frissonnant” et “Glace Mordante”, qui gardaient sa porte. Ensuite la terre se réchauffe à nouveau. Une fois encore, nous voyons la capacité méditative du feu de consécration qui dissipe les ravages du déséquilibre causé par l’illusion et restaure la chaleur et la lumière qui nous éveille pour une brillante renaissance.

Je vais faire une petite digression mais qui est importante : suite à la fausse idée selon laquelle Freya aurait littéralement « couché » avec les nains, et c’est une conséquence directe du dénigrement de la religion du désert face à nos déesses, nous voyons qu’elle est souvent dépeinte comme une femme ou une sorcière dotée d’une faible morale sexuelle. Encore une fois, c’est une aberration flagrante issue d’un littéralisme peu profond et une interprétation matérialiste déformée des événements qui ne correspondent de loin pas à la vérité. Oui, Freya incarne le principe féminin de Vénus et est en effet la déesse de l’amour érotique mais elle est également une farouche défenseuse des liens entre les couples dévoués, de la fidélité. Eros, lorsqu’il est correctement compris est la puissance de l’amour sexuel fidèle; également connu sous le nom de libido. Il est l’énergie créatrice ou psychique que possède une personne pour avancer vers le développement personnel ou l’individuation. Il est l’affirmation de la vie et est directement opposée à Thanatos, la pulsion entropique et destructrice de mort ou « l’instinct de mort ». Eros est le grand lieur, le désir de plénitude et d’interconnexion via l’amour passionné qui unit les pôles opposés dans le creuset de son substrat ardent. Mais rappelez-vous, en tant que Dame (Lady) et Valkyrie, Freya est la guide et la gardienne de notre âme – la source d’inspiration la plus profonde du « moi » – qui est dédiée à l’éveil de l’humanité tout entière et à chaque individu en tant qu’hologramme du tout. Par conséquent, elle est une déesse de l’amour et de la guerre dont l’alchimie apporte le feu de l’illumination qui brûle l’illusion. Dans ce grand Age du Kali Yuga, le mensonge selon lequel les relations sexuelles libres sont émancipatrices a été faussement, et de manière répugnante, projeté sur Freya en tant que déesse de l’Amour et utilisé pour sanctionner pratiquement n’importe quel type de rendez-vous décontracté sans engagement. Pourtant, à l’inverse, loin de la libération éloignée du complexe sexuel puritain qu’elle vise à apporter, la promiscuité annule effectivement la sensation et la perception de la beauté inhérente à l’unité que la pulsion érotique libidinal recherche. Simultanément, elle ferme le demandeur à une prise de conscience plus élevée avec un accent égotique sur la gratification immédiate des bas instincts. Et plus un individu poursuivra dans cette voie limitée, plus il deviendra blasé, engourdi et énergiquement endommagé. Car le résidu de tous ces contacts perdure pendant un certain temps après l’événement et érode à la fois l’immunité physique et psychique. Telle est la manifestation de Thanatos. À l’inverse, une bonne relation est constructive, protectrice et une affirmation de la vie.

Un autre point important est le suivant: la véritable attraction sexuelle est une alchimie physique et spirituelle dans laquelle les deux partenaires évoluent grâce à la chimie de la relation. Au niveau purement physique, cela nous assure que nous nous accouplons avec quelqu’un dont les gènes sont à la fois compatibles, mais également suffisamment différents pour réduire au minimum les risques d’anomalies génétiques pour la progéniture. Naturellement, il devra garantir que les « fruits sont tous d’une seule et même vigne ». A des niveaux plus subtils, une telle compatibilité permet un chemin possible vers l’éveil par l’amour passionné et fidèle lorsque les énergies enflammées de la Kundalini sont unies et éveillées. Toutefois, parce que l’environnement socio-politiquement et chimiquement pollué façonne nos perceptions (et donc, l’expression individuelle) aussi puissamment que notre patrimoine génétique, et que les forces de l’ennemi cherche à nous étouffer dans l’illusion afin que nous ne nous souvenions plus ce qui est naturel, beaucoup ont perdu leur sens du rempart sacré qu’est la véritable attraction sexuelle contre la dévolution. C’est pourquoi nous assistons à une épidémie de relations désinvoltes, insignifiantes, motivées simplement par le désir; des foyers brisés et le chaos social comme conséquence pour les enfants nés de ces rencontres. En outre, nous assistons à l’horreur de voir certains de notre Folk s’accoupler avec des personnes n’en faisant pas partie. Leurs enfants ne pourront jamais vraiment s’identifier à un folk en particulier, ni à un héritage. De tels événements destructeurs et isolants sont l’antithèse du principe constructif, de l’intelligence créatrice incarnée par Freya, Vanadis et Reine des Dises. Car ils ne gèrent ni l’évolution individuelle, ni collective, que ce soit au niveau physique ou spirituel de l’être, et ils ne défendent certainement pas la Foi, le Folk et la Famille.

La seconde fausse assertion faite sur Freya concerne son rôle en Asgard parmi les Einheriar. Il est populairement cité qu’à la fin de chaque jour de bataille, les guerriers retournent à la Halle d’Odin, où l’hydromel et un festin leur sont servis par une fille plantureuse appelée Freya. Ce qui constitue un cycle éternel de batailles durant la journée et de festoiement durant la soirée. Nonobstant le fait que se battre toute la journée, que de festoyer et séduire les femmes toute la nuit risque de devenir rapidement très ennuyeux, nous sommes encore une fois témoin d’une interprétation littérale, avilissante et répugnante de ce qui est en fait une pièce très complexe et raffinée de notre mythologie. En fait, le champ de bataille où les guerriers vont quotidiennement-(Vigridslatten) – peut être traduit comme étant “la plaine de la consécration”: elle est donc apparentée au domaine bouddhiste du Dharma (ou du «devoir juste»), où a lieu la lutte entre les forces « lumineuses » et « sombres » de l’homme. En effet, c’est une allégorie de l’homme lui-même en tant que champ de bataille: les amis, les ennemis et même les membres de la famille auxquels il doit s’opposer sont des personnifications des traits de caractère dont il est le plus proche et qu’il doit surmonter s’il veut atteindre l’illumination. Ces caractéristiques sont elles-mêmes des réflexions des propriétés d’une nature plus grande. Les Valkyries – en tant que leur propre source d’inspiration, parcourent tous les jours les champs de bataille à la recherche de recrues dignes qui ont dépassés la notion de séparation et dont le travail repose maintenant dans l’éternité avec les dieux, d’où le nom Einheriar-One Harrier (guerriers d’Odin). Une fois dans la Halle, ils sont nourris de trois sangliers et d’Hydromel par Valfreya. L’Hydromel et bien évidemment symbolique de l’inspiration et de la sagesse divine mais qu’en est-il des trois sangliers ? Ils ne sont autres que les trois sangliers des éléments de l’air, de l’eau et du feu qui symbolisent les différents aspects de la terre et, en définitive, l’essence de l’expérience terrestre des guerriers. L’ensemble de la vie peut être compris, et est, le mélange des éléments dans le creuset de l’essence de l’esprit. Ils sont aussi les pouvoirs créateurs, l’aspect énergétique des trois éléments de la nature. Chaque élément représente des aspects de la gestalt de l’homme, et plus important, le trempage de l’esprit par la volonté et le désir pour prouver l’intégrité de l’âme. Par conséquent, le mortel devient immortel et le “moi-dieu” est né. Et qui rend cela possible ? L’intelligente Freya (la Valkyrie), qui sert l’âme au Valhalla (la Halle des Occis) en tant que guide et gardienne et qui est également la Reine des Eléments comme symbolisé par Brisingamen – le bijou de l’intelligence spirituelle et du feu de l’Illumination. Bien sûr, à travers le symbole du sanglier nous voyons également la connexion de Freya avec Frey son frère jumeau, notre dieu terrestre de la fertilité animale et humaine et le Seigneur des Alfes. L’ « Alfes » ou Elfes est l’âme en évolution qui relie la conscience/énergie matérielle avec la conscience/énergie divine.

Il y a des moments où nous en appelons à nos dieux et à nos déesses pour qu’ils nous aident dans notre bataille contre nos ennemis. Mais nous devons également nous rappeler que notre relation avec eux est symbiotique. C’est donc un devoir sacré de nous tenir prêts à les défendre contre les illusions déformantes qui sont si souvent projetées sur eux et à nous battre pour les valeurs et les principes que leurs êtres conservent. Et même si nous sommes la dernière personne à défendre leur intégrité, nous devons nous battre. Tel est mon appel pour la défense de Freya contre les répugnances précitées qui découlent de l’infection nuisible et envahissante de la Foi du désert qui cherche à condamner nos déesses en une parodie dégénérée et bien loin de leur véritable gloire. En faisant cela, la bataille éternelle de Freya est momentanément atténuée et la beauté glorieuse de Brisingamen s’intensifie et brille comme la pierre brillante et magique de l’illumination qu’elle est. Et pour le Folk d’Odin, aussi bien individuel et collectif, c’est comme un autre cœur humain courageux qui chante pour briser l’illusion, de sorte que le soleil brille un peu plus et la vie devient un peu plus chaude dans l’étreinte aimante et protectrice de la Reine loyale des Vanes.

Hael Freya, Vanadi, Dame de la Vie, de la Mort et de la Renaissance et protectrice de notre Foi, de notre Folk et de notre Famille !

Sig Wunjo Wunjo Sig !

Fehu… Kenaz… Algiz

Tags: , , , , , ,

Category: DEITES

Comments (0)

Trackback URL | Comments RSS Feed

There are no comments yet. Why not be the first to speak your mind.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.