Défendre l’Archétype

| May 28, 2012 | 0 Comments
Défendre l’Archétype

Un discours par Eowyn OR lors du GM 2261

« Je suis juste un robot et je connais ma place. Un serviteur de métal pour la race humaine.

Je travaille de mon mieux en essayant de satisfaire. Je sais qu’ils vont me déconnecter petit à petit.

Une puce faite de silicone sur mon épaule. Mes circuits imprimés comme un lexique.

Je possède 10 milliards de fonctions et peut-être même plus. Ils me font ramasser un papier sur le sol.

Électrovanne solitaire. Paranoïaque en phase terminale. Marvin.

Vous savez ce qui me rend vraiment fou? Ils m’ont nettoyé avec une éponge Brillo. Un lavage de voiture ne serait pas si mal.

La vie ! Ne me parlez pas de la vie.

Je suis tellement déprimé que je pourrais cracher Mes pièces mobiles sont à l’état solide.

Je veux Rouiller En Paix, m’éteindre et me reposer. Dans le grand parc à ferraille là-haut dans le ciel.

Électrovanne solitaire. Paranoïaque en phase terminale. Marvin.

Il ne reste rien a apprécier. Chaque diode rhumatoïde. Marvin.

Extérieur en alliage. Vide à l’intérieur. Marvin.

Le bonheur a été détruit. »

Certains d’entre vous auront peut-être reconnu ces paroles évocatrices d’un « single » sorti en 1981. Combien d’entre vous ici aujourd’hui n’ont jamais fait preuve d’empathie avec Marvin?

Combien d’entre vous ont déjà ressenti être consumés par les contraintes de la vie et les éternelles listes “de choses à faire”, comme si vous alliez vous effondrer intérieurement, même si c’est seulement pour débarrasser le grenier du bazar qui s’y empile.

Si vous pouvez répondre « oui » à ces questions, vous n’êtes certainement pas les seuls. Nous nous trouvons actuellement au beau milieu d’un grand Ragnarok. Tout le monde ici est conscient de l’état lamentable dans lequel nos terres et notre patrimoine se trouvent à cause des sbires de Loki qui nous parasitent derrière la façade d’entreprises, de multinationales telles que les grands groupes pharmaceutiques ou Monsanto. Nous sommes actuellement au cœur d’une grande dépression économique. Les nouvelles quotidiennes nous parlent de pertes d’emplois, de chômage, de saisies immobilières, de dettes dues aux cartes de crédit etc. Les prévisions les plus optimistes sont que cette situation continuera au minimum jusqu’en 2016.

Voici quelques statistiques économiques des USA compilées à partir du site creditcards.com :

Total de la dette des consommateurs américains: 2,43 billions de dollars, à compter de mai 2011.

Moyenne de la dette sur les cartes de crédit par foyer: 15799 $.

Au cours de l’année écoulée, le nombre de chômeurs a augmenté de 1,6 millions, portant le nombre total de chômeurs à 8,8 millions.

79 millions de personnes ont du mal à payer leurs dettes médicales.

Le collégien moyen fini son diplôme avec près de 20’000 $ de dette.

Selon “The Guardian”, les difficultés financières et l’insécurité de l’emploi sont certainement la cause de la hausse de 43% de l’utilisation des antidépresseurs depuis 2007.

Le climat économique actuel est suffisant pour déprimer n’importe quelle personne. Et surprise, surprise, ce sont les Big Pharma, l’industrie des assurances et l’industrie pétrochimique qui profitent de la dépression. Le profit et la cupidité sont impliqués. Mais c’est aussi une manipulation délibérée de la négativité des masses et de la dépression dans la psyché collective à leur avantage. Regardez simplement comment 10 ans après, les médias continuent à distiller des images du 11 septembre. 80 ans sont passés et nous sommes toujours constamment abreuvés par la propagande à propos des deux guerres mondiales et la méchanceté des nazis.

Pourtant je dois être claire : tous ces évènements furent horribles. D’innombrables Indo-européens du nord ont été inutilement tués et des familles sont encore touchées à ce jour. La vengeance, la justice et la vérité sont demandées à propos de ces évènements. Mais comme nous l’avons appris l’an dernier, le processus de deuil devrait pouvoir céder la place au regroupement, à l’apprentissage et à la guérison. A l’inverse, la propagande maintient non seulement la blessure à vif, mais ajoute des embellissements à la mémoire manipulée qui maintiennent un carcan psychique de stress et de douleur. Ne vous méprenez pas à ce sujet, c’est un résultat délibéré, qui fait partie intégrante des tactiques «du choc et de l’effroi » du capitalisme du désastre. Pour ceux qui s’intéressent aux questions ésotériques, ce sont des activités «occultes» très réelles. La manipulation de l’énergie Lokienne de la peur collective sur la scène mondiale. Comme le disait Shakespeare “le monde entier est un théâtre”!

Les tactiques “du choc et de l’effroi” sont utilisées dans le monde pour manipuler les marchés financiers et les comportements des gens. Elles sont le produit d’expériences secrètes financées par la CIA dans les années 1950 sur la privation sensorielle et les électrochocs. Ces recherches ont contribué à rédiger les manuels de tortures utilisées à Guantanamo Bay. Les tactiques exposées par Naomi Klein sous le nom de «doctrine du choc” utilisent la désorientation du public à la suite d’énormes chocs collectifs pour obtenir un contrôle en imposant une thérapie de choc économique. A défaut, un troisième choc est utilisé pour maîtriser la résistance: l’électrochoc dans la cellule d’une prison ou le pistolet Taser dans les rues. C’est Milton Friedman, le grand gourou du capitalisme débridé qui a dit que:

“Il n’y a qu’une crise, réelle ou perçue quipeut provoquer de réels changements.”

Ainsi, nous voyons:

Au moment le plus chaotique de la guerre civile en Irak, une nouvelle loi est dévoilée qui permet à Shell et à BP la revendication des vastes réserves de pétrole du pays.

Immédiatement après le 11 Septembre, l’administration Bush s’est empressée d’externaliser la gestion de la “guerre contre le terrorisme” à Halliburton et à Blackwater.

Après que le tsunami ait frappé les côtes d’Asie du Sud, de magnifiques plages ont été vendues aux enchères aux stations touristiques.

Les habitants de la Nouvelle Orléans, dispersés par l’ouragan Katrina, ont découvert que leurs logements publics, des hôpitaux et des écoles ne seraient jamais réouverts.

Le désordre résultant de la guerre des Malouines en 1982 a permis à Margaret Thatcher d’écraser les mineurs en grève et de lancer la première frénésie de privatisation dans une démocratie occidentale.

Ce « complexe du capitalisme du désastre» est une guerre mondiale menée à tous les niveaux par des entreprises privées dont les participations sont payées avec de l’argent public. Le mandat éternel est de protéger le territoire américain, tout en éliminant tous les «maux» de l’étranger. Le «complexe du capitalisme du désastre » est sur un pied d’égalité avec les «marchés émergents» et avec le boom de l’informatique des années nonantes. C’est un phénomène global dominé par les firmes américaines, avec des compagnies britanniques apportant leur expérience dans le domaine des caméras de sécurité, des firmes israéliennes apportant leur expertise dans la construction de clôtures et de murs high-techs. Toutes entreprises planant sur la flambée des profits de l’industrie de l’assurance et des surprofits de l’industrie pétrolière. Et avec l’ensemble de ce processus vient la dévastation environnementale, les aliments génétiquement modifiés toxiques et la pollution effrénée de notre air, de l’eau et de notre nourriture. Même notre droit à la santé et au calme durant la nuit nous est arraché par la pollution lumineuse d’un capitalisme débridé.

Est-il étonnant alors que les ravages de la dépression, de la fatigue chronique et d’autres soi-disant “mystérieuses” nouvelles maladies, pour lesquelles il n’existe pas de signes évidents de cause, se multiplient? Les théories de l’Establishment abondent sur les causes, qu’elles soient: génétiques, virales, alimentaires, ou dues à des troubles de la personnalité ou à des déséquilibres chimiques du cerveau. Cependant en fin de compte, la cause est physique, mentale, psychologique et le stress émotionnel de ces agressions caractérise le Kali Yuga (Age du Loup). Leur effet stoppent l’évolution spirituelle: en bref, nous expérimentons la destruction impitoyable de l’archétype.

A présent, certains peuvent se demander: «qu’entend-t-on par destruction de l’archétype? » Beaucoup de personnes comprennent l’archétype comme étant le modèle d’une personne, de la personnalité ou du comportement, un prototype ou une forme idéalisée, qui d’une certaine façon est ensuite copiée, que ce soit par l’intermédiaire de ses apparences, de son modèle ou de ses comportements. Il est également compris comme un stéréotype que l’on peut observer à plusieurs reprises, comme dans notre perception du héros ou de la «puella” (l’éternelle jeune fille) l’image qui est imposée aux filles et aux femmes d’aujourd’hui. Certaines personnes voient les dieux selon cette perspective: ainsi Odin peut être perçu comme l’image d’une figure portant un manteau bleu, un chapeau à larges bords, un être avec un œil en moins suivi par deux loups et deux corbeaux. Le problème avec cette compréhension «psychologique » de l’archétype, c’est que c’est un modèle plat, sans vie, qui ressemble à un emporte-pièce se superposant sur quelque chose qui est une entité vivante: la carte n’est pas le territoire.

Pour comprendre plus profondément ce qu’est un archétype, il suffit de s’intéresser aux travaux de Carl Gustav Jung. De toute évidence, Jung a compris l’archétype comme étant une entité dynamique et vivante qui est fondamentale pour l’évolution de nos fragments d’âme. L’archétype est une image primordiale, l’autoportrait instinctif qui est hérité de la structure du cerveau en tant que «point nodal» de l’énergie psychique. Il a deux aspects: ceux qui animent et conduisent le physique et ceux qui conduisent l’âme:

« Dans le domaine de la psyché, les archétypes organisent les images et les idées; dans le domaine de la physis, ils organisent la structure et les transformations de la matière et de l’énergie et ils tiennent compte de l’ordre acausale. »

« Les archétypes agissent simultanément dans les domaines de la psyché et pour le compte de la physis par exemple lors des phénomènes synchroniques».

« Le synchronisme est un système de « guidage » intelligent. Rappelez-vous seulement comment vous vous sentez lorsque des événements synchroniques se produisent dans votre vie et appréciez leur importance pour votre évolution. Nietzsche les appelait des occurrences « chanceuses » emplies de sens. »

En substance, l’archétype est donc le substrat dans lequel nos fragments d’âme agissent. Mais il est à la fois le principe de formation, le générateur d’idées, d’images, d’émotions et les systèmes de préparation à l’action, qui sont hérités. Tout comme le spectre ultraviolet de la lumière, il ne peut pas être vu, mais nous le connaissons par ses effets aussi bien internes qu’externes. Il est notre informateur dynamique dont la mission est de maximiser notre potentiel évolutif, tant au niveau personnel qu’au niveau collectif de notre Folk, le dépositaire de la Fylgja et de l’âme du Folk.

Cette source de sagesse est toujours en nous. Nous l’avons apparemment uniquement oubliée car nous avons bu au puits de l’oubli dans le Royaume de Hel avant de retourner en Midgard. Notre substrat archétypal les retient. Les nerfs de notre corps portent les souvenirs qui ont façonné l’organisation du système nerveux à certaines conditions environnementales et les exigences de l’organisme depuis des temps immémoriaux. Notre mythologie antique est conçue pour harmoniser le corps et l’esprit, puisque l’esprit, avec sa conscience de l’ego, peut vadrouiller sans discernement, désirant des choses qui sont réellement dangereuses pour notre évolution. Nos mythes et nos rites sont la langue primordiale qui met l’esprit en accord avec le corps et notre mode de vie en accord avec les modèles de la nature. Le corps du mythe est l’archétype, qui nous enracine en Elle, car nous sommes des fractales de l’ensemble, un hologramme de la nature et nous en somme inséparables.

Je vais vous présenter ici un exemple concret. Là où nous vivons, à 2000 pieds dans les montagnes, nous sommes honorés d’assister à la migration annuelle du saumon qui commence à l’équinoxe d’automne. Il s’agit d’un grand rite de la nature dans lequel le saumon revient au lac qui se trouve au sommet de la montagne pour frayer. Pour certains, c’est leur dernière aventure avant que la mort ne les réclame. Il y a un rythme dans l’événement: il commence sereinement, mais alors que les jours se transforment en semaines, il y a plus d’urgence et de chaos alors le temps pour le frai s’amenuise. Des saumons du pacifique en attaquent d’autres dans les hauts-fonds et les poissons les plus vieux et les plus faible meurent. La bataille s’intensifie alors que les ours, les aigles, les pêcheurs, les hérons et d’autres créatures profitent d’un véritable festin jusqu’à ce que finalement, tout au long de la rivière, l’odeur de poissons morts épaississe l’air. Puis le calme revient lorsque le dernier poisson cède finalement à la mort et que l’avenir est en gestation dans le lac. Chaque étape de ce grand rite est vitale pour l’écosystème dans son entier: les plantes et les sols dépendent beaucoup des éléments matériels issus des saumons morts pour les nutriments qui soutiennent les arbres et d’innombrables formes de vie, y compris l’homme. Une fois que nous connaissons cet événement archétypique intimement, nous ressentons ces marées dans notre sang, nos os et nos tendons tout comme le saumon le fait. Ce n’est pas seulement un événement hautement symbolique, mais c’est aussi un évènement qui fait partie intégrante de la survie et de l’épanouissement de toute la Nature. Un modèle fondamental sur lequel repose l’archétype et qui fait partie intégrante d’une relation réciproque et inséparable entre notre folk et la terre. Il nous met en relation directe avec nos ancêtres et les Dises sacrées. Il donne un nouveau sens au terme «ancêtres». Car ce sont des modèles énergétiques physiques et psychiques qui coulent à travers nous, nous imprégnant et nous informant des points nodaux sur lesquels l’archétype se bloque et qui est l’archétype. C’est Odin suspendu à Yggdrasil: c’est nous.

Maintenant, nous allons encore une fois nous retourner ver l’image du “complexe du capitalisme du désastre” qui anime le Kali Yuga. La plupart des survivants d’une catastrophe cherchent instinctivement à sauver tout ce qu’ils peuvent et réparer ce qui n’a pas été détruit. Voici ce qu’a dit un habitant d’un quartier très endommagé de la Nouvelle-Orléans:

« Lorsque je travaille à reconstruire la ville, c’est comme si je me reconstruisais moi-même ».

Il s’agit d’une expression naturelle de l’archétype qui travaille à travers nous, une compulsion fondamentale pour se ré-enraciner dans le naturel, dans notre patrimoine physique et spirituel. Toutefois, la dernière chose que les tenants de la doctrine du choc veulent, c’est un retour à un statu quo de n’importe quel type et qui ne sert pas l’ordre du jour. Ils sont convaincus que:

«Seule une grande rupture: une inondation, une guerre, une attaque terroriste peut générer le genre de vastes toiles propres qu’ils souhaitent ardemment. C’est donc dans ces moments malléables, quand nous sommes psychologiquement et physiquement déracinés, que ces “artisans” du monde réel plongent leurs mains et commencent leur travail pour refaire le monde ».

Maintenant, il est vrai que l’un des aspects de l’évolution repose sur la création de perturbations: que ce soient des défis physiques, mentaux, émotionnels ou spirituels, pour le corps et pour le psychisme. Il sont en effet essentiels car sans eux nous resterions tout simplement statiques et nous ne progresserions jamais. Midgard est le monde de l’action et les perturbations sont la force motrice, l’enclume sur laquelle un être humain plus fort est forgé. Les répétitions collectives de formes spécifiques et de modèles structurels au fil du temps a un effet boule de neige et les espèces s’adaptent aux changements à un rythme accéléré d’apprentissage. Cependant, la question cruciale est la suivante: est-ce que l’apprentissage comprend l’ensemble du complexe physique et psychique (c.-à-dire l’archétype) ou s’adresse-t-il uniquement à l’ego? Si c’est ce dernier, alors l’apprentissage est faux. Et tel est pourtant le modèle présenté par les tenants du grand agenda. Il s’agit d’un modèle qui nourrit le monde matériel, notre ego et ses désirs, sans référence aux besoins de l’âme qui aspire à l’illumination. Il prive l’âme détruisant ainsi l’archétype; en nous déconnectant activement de la nature, il nous laisse sans ancrage et abandonné, battu par les vents du changement sur une mer orageuse. Les Nazguls de la peur volent en effet librement sur Midgard, étendant la main ombreuse de Sauron au loin, ses doigts agrippant nos ventres dans le tourbillon d’une crise financière mondiale. Les clones comme Marvin sont ses sbires idéaux.

La peur est alors le principe essentiel qui motive les machinations du grand agenda. Biologiquement parlant, le mécanisme à l’origine de l’ensemble des événements physiologiques et psychologiques qui nous attaquent implique le traumatisme d’une zone centrale dans le cerveau connue sous le nom d’amygdale. La tâche de l’amygdale est d’assurer que nous sommes hors de danger et son rôle est de libérer une réponse appropriée à tout ce qu’il décide être une menace pour nous. Cela implique généralement la stimulation du système nerveux sympathique par l’intermédiaire de la célèbre réponse connue sous le nom de «combat ou fuite». C’est ce mécanisme qui nous met dans l’état psychologique déracinés et malléable tant aimée des sbires de Loki du Grand Agenda. En tant que réponse naturelle au stress qui nous a servi pendant des millénaires, ce mécanisme biologique a été initialement conçu pour permettre de courtes “rafales” d’énergie physique en attendant une période de récupération. Toutefois, dans le monde d’aujourd’hui, il y a une stimulation incessante de la réponse au stress. Il suffit d’une période particulièrement stressante physiquement, mentalement ou émotionnellement pour que le corps dans son entier subisse un burn-out car tous les systèmes du corps sont ainsi compromis. Les effets néfastes de ces attaques sont donc responsables du burn-out, de la dépression, de la fatigue chronique et des troubles immunologiques. Mais elles sont aussi à l’origine des niveaux épidémiques de troubles hormonaux qui frappent la société et en tant que tels, s’en prennent à nos personnalités, nos relations et notre fertilité.

Il est intéressant de noter que l’amygdale répond d’une manière stressante envers les visages étrangers, un fait dont nous pouvons ne pas être conscients. Car de nombreux facteurs de stress que nous subissons sont subliminaux. Logiquement, on pourrait supposer que, puisque nous avons été élevés dans une société multiculturelle et que l’apprentissage est un processus évolutif perpétuel, nous ne devrions pas ressentir un tel phénomène. Toutefois, il s’agit d’un bel exemple de la conscience profonde du soi enregistrant instinctivement un danger, la connaissance des millénaires, notre sagesse ancestrale activement intégrée avec notre environnement moderne et nous informant de son aptitude à notre évolution. En d’autres termes, c’est la sagesse de l’archétype s’expérimentant lui-même à travers nous et reconnaissant une menace pour sa survie. Et nous sommes également menacés : une émission sur British TV a récemment cité le cas de Newham à Londres où 80 % des habitants sont soit racialement mixés ou d’origine étrangère. C’est la destruction de l’archétype, de la Nation Sacrée d’Odin. Et notre être le sait à tous les niveaux et y répond constamment.

Cependant nous ne devons pas, tomber dans le piège de penser que nous sommes nous-mêmes victimes des activités de notre amygdale. C’est un problème contre lequel beaucoup de personnes qui doivent faire face au syndrome du burn-out ont à se battre. Ils sont soit catalogué comme incurables; ou, en l’absence d’un appendice cassé ou une autre maladie qui peut être cataloguée par la médecine conventionnelle, ces gens sont étiquetés comme des simulateurs psychologiques. Mais comme nous l’avons vu, les réactions sont souvent inconscientes et instinctives, et non le produit d’un mécanisme mécanique inanimé, mais d’une intelligence guidée dynamique et de l’essence même de la force divine intérieure. Nous avons tous été entravés par les campagnes de peur à un degré plus ou moins grand, et nous savons tous instinctivement que l’archétype est attaqué. C’est précisément pourquoi nous avons rejoint l’OR : nous tous ici nous nous sentons obligés par notre intelligence archétypale innée de résister à l’attaque. Il s’agit d’une pulsion noble pour laquelle il n’existe pas de solution simple. Car l’attaque se porte à tous les niveaux: physique, mental, émotionnel, psychologique et spirituel et nous touche tous différemment.

Toutefois, la connaissance, et son utilisation, est le pouvoir. Dans la bataille de la vie, il est nécessaire de garder ses amis proches de soi et ses ennemis plus proches encore. Ou comme le dit Sun Tzu dans « l’Art de la Guerre » :

« Connais ton ennemi et connais-toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.

Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.

Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par tes défaites. »

Nous pourrions ne pas être en mesure d’échapper aux ravages de la Kali Yuga, mais nous pouvons observer ses habitudes et rééduquer notre amygdale, afin que nous augmentions notre tolérance au stress et améliorons notre santé. Ceci permet alors de nous concentrer sur notre véritable travail: le privilège intemporel de nourrir l’archétype, le dépositaire de la conscience d’Odin. Nous faisons cela en calmant notre amygdale et nourrissant notre force vitale, connue sous les noms de chi ou de prana. Il s’agit de la toile indéfinissable de flux d’énergie interdépendants, l’énergie créatrice du cosmos même. Lorsque notre flux pranique est fort ou augmente tout à coup, nous le ressentons: afflux de vitalité, chair de poule, augmentation de la tensions, clarté, sentiment de sécurité, relaxation, optimisme, légèreté, vitalité, liberté, calme, paix intérieure, vigueur, et ainsi de suite. Inversement, lorsque notre force de vie est épuisée ou que notre flux d’énergie est bloqué, notre corps-esprit nous informe également: nous nous sentons fatigués, en danger, petit, comprimé, nerveux, éteint, ennuyé, hors de contact avec notre corps, dispersé, etc.

Voici ce que nous pouvons faire pour augmenter et renforcer notre flux pranique :

Mangez sain, bio, de préférence des aliments complets cultivés localement pour fournir les nutriments essentiels à partir desquels notre corps peut fabriquer des hormones essentiels à la vie et nourrir nos cellules. Cela permet également au corps de se désintoxiquer. Ces processus sont essentiels au fonctionnement optimum de l’aspect physis de l’archétype. Les aliments génétiquement modifiés et les aliments transformés se diffusent dans l’archétype.

Exercez-vous régulièrement pour vous renforcer, pour réguler votre poids, pour stimuler les endorphines, soulager le stress et pour optimiser votre bien-être.

Dormez suffisamment dans une pièce sombre. La privation de sommeil crée une foule de problèmes de santé, augmente la probabilité de gain de poids et est globalement stressante, car elle perturbe les rythmes circadiens de l’organisme et les systèmes sur lesquels se base le fonctionnement de l’archétype. La privation de sommeil compromet l’évolution spirituelle.

Sortez prendre l’air tous les jours. Le soleil, l’air et la lumière (connu sous le nom d’héliothérapie) sont des sources anciennes de guérison pour toutes les créatures sensibles et sont toutes deux des sources physiques et subtiles de nutrition et donc, de résistance. Nous devons lutter contre la tendance moderne de nos modes de vie qui tend à nous priver de ce nutriment essentiel. La révérence aryenne envers le soleil n’est pas seulement symbolique, elle est profondément enracinée dans notre compréhension archaïque que les énergies grossières et subtiles de la lumière du soleil sont la “fournaise” au cœur de nos êtres mêmes et en tant que telle, sa lumière apporte l’illumination, littéralement la lumière, à tous les niveaux de l’être.

Cultivez la positivité: essayez de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Pourtant, soyez réalistes: la vie évolue avec des hauts et des bas, et parfois c’est la merde! Agissez courageusement et apprenez de l’expérience. Sachez également que peu importe ce qui se passe, il y a un élément essentiel, une partie immortelle de vous-même qui restera sauve des événements de la vie. Observez objectivement.

Apprenez à travailler, à vous reposer et à vous amuser. Et profitez du repos et du bon temps sans culpabilité: il sont essentiels à votre bien-être. Toutefois, ne prenez pas à coeur les conseils de l’ancien jingle publicitaire:

“Un Mars, par jour vous aide à travailler, à vous reposer et à vous amuser.”
Une barre de Mars de temps en temps c’est ok. Trop souvent, tout comme le symbolisme martial associé à la planète dont elle tire le nom, le sucre se met en guerre contre notre corps, nous soumettant au stress d’un système avec un trop-plein d’adrénaline. Cela nous rend plus vulnérable aux ravages de la guerre contre l’archétype auquel nous sommes tous mêlés. En plus cela remplit les poches de l’ennemi. Au lieu de cela, mangez plutôt une pomme bio qui sera bien plus saine (la pomme est symbolique de Vénus, notre étoile du matin qui représente la paix, l’abondance, l’amour, l’Age d’Or et la “nourriture des dieux” dispensée par Idunn). Contemplez ces idées car elles sont une bonne leçon sur la manière de faire de l’ennemi. Ici, ils prennent trois besoins naturels et les déforment presque imperceptiblement pour nourrir leur ordre du jour. Ce jingle par « Mars Incorporated » veut tout dire!

Célébrez les blots régulièrement ainsi que des rituels quotidiens. Cela crée des vibrations qui se multiplient et qui apportent des changements physiques et psychiques puissants. Ce sont les structures et les principes essentiels de l’archétype.

Vivez selon les Neuf Nobles Vertus et les Neufs Devoirs. Cela favorise l’intégrité, qui est l’harmonie en résonnance au sein de l’âme qui élève l’archétype. Et tout comme pour un instrument exquis, plus sa qualité est élevée, plus son expression sera belle.

Méditez et respirez pour calmer l’amygdale. Respirer correctement est l’un des moyens les plus fondamentaux de générer un flux pranique puissant, car il a en lui-même la structure archétypale cyclique. Il y a un vaste faisceau de connaissances ésotériques qui entoure la respiration. Pourtant peu d’entre nous respirons correctement bien que ce soit notre plus grande ressource d’énergie: nous ne pouvons endurer que quelques instants sans respirer. La vie est le souffle.

Mesdames et messieurs, camarades de l’Odinic Rite, voici le message intemporel que je vous adresse :

« Nous sommes les guerriers de la guerre la plus sacrée, d’une guerre cosmique, mythique et éternelle. Parce qu’il y a un mythe qui doit être défendu, pour lequel il faut se battre et mourir, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. »

« … nous nous battons ainsi pour préserver un mythe, une légende qui circule à travers la «mémoire du sang ». Une défaite dans les batailles de cette guerre ne sera pas une défaite si le mythe est conservé dans toute sa pureté, parce que l’archétype se lèvera à nouveau comme un phénix de ses cendres ensanglantées. »

Noble Gens, nous sommes l’archétype. Et nous nous élèverons à nouveau!

Hael à l’Hyperborée et l’Age d’Or!

Hael Odin-Wotan, la foudre et le soleil!

Hael au Rite!

Tags:

Category: OR ET ODINISME

Comments (0)

Trackback URL | Comments RSS Feed

There are no comments yet. Why not be the first to speak your mind.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.